Cloud et cloud hybride, quelles différences ?

D’après un rapport du cabinet Deloitte, le cloud, la cybersécurité et l’automatisation sont les principaux leviers de relance pour les entreprises.

Beaucoup d’équipes IT estiment le cloud comme un élément moteur de sortie de crise.  

En quoi et comment le cloud peut-il jouer ce rôle ? On en profite pour faire le point sur ces différents types de cloud.  

 

Cloud et cloud hybride, quelles différences ?

 

Cloud et cloud hybride, quelles différences ?

 

 

Qu’est-ce que le cloud et le cloud hybride ?

 

Pour bien distinguer les différences entre ces notions et comprendre comment fonctionnent ces différents modèles de cloud, commençons par un petit rappel.  

La métaphore des nuages à l’origine de la démocratisation du terme « cloud » a été utilisée pour symboliser la dématérialisation de l’informatique.

Le cloud computing est un terme général employé pour désigner la livraison de ressources et de services à la demande, par internet. Il désigne le stockage et l’accès aux données par l’intermédiaire d’internet plutôt que via le disque dur d’un ordinateur. Les PC, tablettes, téléphones mobiles, etc. sont des points d’accès permettant d’exécuter des applications, ou de consulter les données stockées sur les serveurs.  

Le cloud permet aux entreprises d’acheter des ressources informatiques sous forme de service, au lieu de les construire et les entretenir en interne. Ces ressources peuvent être par exemple des réseaux, des serveurs, de l’espace de stockage, des applications (messageries électroniques, Office 365 etc.) et des services.  

Les principaux types de clouds sont : les clouds publics, les clouds privés, les multiclouds et les clouds hybrides.  

 

Les Clouds Publics

Les clouds publics sont généralement des environnements créés à partir d’une infrastructure informatique qui n’appartient pas à l’utilisateur final (exemple : Microsoft Azure, Google Cloud, AWS etc.). Bien que ces fournisseurs proposent aujourd’hui des services clouds dans les datacenters de leurs clients. De plus, les clouds publics sont divisés et redistribués entre plusieurs clients.  

 

Les clouds Privés

Dans un cloud privé, l’infrastructure est entièrement dédiée à une entreprise unique. Celui-ci peut être géré en interne ou par un tiers, et hébergé en interne ou en externe (cloud privé géré, cloud privé dédié).  

 

Le multicloud

Le multicloud est une approche du cloud qui s’appuie sur plusieurs services clouds et plusieurs fournisseurs de cloud public ou privé. Un environnement multicloud peut être créé volontairement (pour un meilleur contrôle des données sensibles, ou comme espace de stockage redondant), ou par hasard.

Mais dans les deux cas ils sont de plus adoptés par les entreprises, car permettent d’améliorer la sécurité et les performances, et s’inscrivent dans les logiques de PRA (plan de reprise d’activité).

Tous les clouds hybrides sont des multiclouds, mais tous les multiclouds ne sont pas hybrides.  

 

Le cloud hybride

Le cloud hybride est une solution qui associe un cloud privé, un ou plusieurs services cloud public et un logiciel propriétaire permettant la communication entre chaque service. Il fonctionne comme un environnement informatique unique créé à partie de plusieurs environnements connectés via des :

  • LAN ou réseaux locaux,
  • WAN ou réseaux étendus,
  • VPN ou réseaux privés virtuels,
  • et/ou des API.

 

Un cloud hybride peu inclure au moins :
  • Un cloud privé et au moins un cloud public
  • Deux clouds privés
  • Deux clouds publics
  • Un environnement nu ou virtuel connecté à au moins un cloud privé ou public.

Tout système informatique devient un cloud hybride dès lors que les applications peuvent être déplacées entre différents environnements séparés qui restent connectés.  

 

Pour résumer :

On peut donc décrire un environnement cloud hybride par le fait qu’il :

  • Connecte plusieurs ordinateurs via un réseau ;
  • Consolide des ressources informatiques ;
  • A la capacité de s’adapter et d’approvisionner rapidement de nouvelles ressources ;
  • Ainsi que celle de pouvoir transférer des charges de travail d’un environnement à l’autre ;
  • Il inclut un outil de gestion unique ;
  • Et il permet d’orchestrer les processus grâce à l’automatisation.

  Cloud et cloud hybride, quelles différences ?

 

 

Que peut-on héberger dans le cloud ?

 

Même si le cloud évolue au fil du temps, il est toujours divisé en trois catégories de service : l’infrastructure en tant que service (IaaS), la plateforme en tant que service (PaaS) et le logiciel en tant que service (SaaS) :

 

  • IaaS : il s’agit d’une location de serveurs que l’on gère comme on le souhaite.
  • PaaS : dans ce cas c’est le fournisseur du service cloud qui administre le système d’exploitation et ses outils, on peut y installer ses propres applications.
  • SaaS : ou la fournitures d’applications sous forme de services clés en main (on s’y connecte via des logiciels ou des navigateurs internet, exemple : les messageries électroniques, Office 365, etc.)

 

Cloud et cloud hybride, quelles différences ?

 

 

Les avantages du cloud Hybride

 

 

Une stratégie de cloud hybride offre aux entreprises une plus grande flexibilité en déplaçant les charges entre les solutions cloud computing à mesure que les besoins et les coûts varient.

De plus, un cloud hybride repose sur une console unique de gestion, contrairement à une stratégie multicloud où les administrateurs doivent gérer chaque environnement cloud séparément.

 

La présence de plusieurs environnements constitue une barrière solide contre les risques de sécurité. Tous ces environnements étroitement liés entre eux permettent aux entreprises de choisir où placer les données sensibles en fonction des exigences. De leur côté, les équipes chargées de la sécurité peuvent standardiser les systèmes redondants de stockage dans le cloud qui facilitent la récupération après sinistre.

C’est pourquoi une architecture cloud hybride s’inscrit totalement dans une démarche de PRA (plan de reprise d’activité). Plus d’informations dans notre article PRA/PCA.

 

Le choix du placement des données dans les différents types de cloud va se faire en fonction du besoin technique et critique.

 

Par exemple :

Les sociétés qui font de l’autocad feront le choix d’un serveur local pour la sauvegarde de ce type de fichiers car ils sont trop volumineux. Ils seraient donc trop long à uploader tous les jours. Par contre, pour ce qui est des autres applications, comme les applications de messageries par exemple, ces dernières peuvent quant à elle être hébergées différemment.

Un second exemple peut être celui de l’hébergement d’un ERP. L’ERP peut être hébergé dans le cloud, mais certains fichiers critiques peuvent être hébergés en local.

 

De plus, certains secteurs font l’objet d’une réglementation en matière de protection des données. Pour autant, toutes les données n’ont pas forcément besoin de résider dans un environnement privé. Le cloud hybride permet aux entreprises de se conformer à la réglementation tout en profitant d’une puissance de calcul étendue.

 

 

Quelle stratégie adopter ?

 

La stratégie à adopter sera tout d’abord dépendante de la :

  • volumétrie de vos données,
  • criticité de ces dernières,
  • de vos applications etc.

Ainsi que de vos besoins métier.

En effet, dans une stratégie permettant le télétravail ponctuellement ou de manière régulière, vous serez amené à mettre à disposition de vos salariés un certain nombre de ressources (applications métier…). Il est donc nécessaire d’en sécuriser l’accès.

« Une stratégie de cloud hybride offre aux entreprises une plus grande flexibilité en déplaçant les charges entre les solutions cloud computing à mesure que les besoins et les coûts varient. »

 

Dans la construction de votre infrastructure, si vous optez pour des clouds publics, veillez toutefois en prendre en compte la réversibilité. C’est-à-dire, le coût de récupération de vos données. C’est une information importante car même si les tarifs d’abonnement sont attractifs, ce dernier peut s’avérer très important.

De plus il sera dépendant de la volumétrie. C’est pourquoi une infrastructure cloud hybride ou multicloud peut s’avérer judicieuse.

 

Un autre inconvénient peut être aussi que lorsqu’on est hébergé dans des grosses structures, il n’y a pas de relations avec le fournisseur. Il ne s’agit pas d’un partenariat mais d’un business où l’on est un numéro. Et en cas de problème, ce peut être une difficulté supplémentaire.

 

Si vous avez un projet d’évolution de votre SI et de votre infrastructure, il est plus prudent de vous faire accompagner si vous n’avez pas la ressource interne, afin de bénéficier de conseils stratégiques adaptés à vos besoins.

 

 

Nos services cloud

 

Chez Equadex nous pouvons vous accompagner dans vos projets d’infrastructures et de réseaux, et vous aider à construire la solution adaptée.

Nous vous accompagnons dans la stratégie et la mise place de votre infrastructure (infrastructure serveur, cloud, cloud hybride ou multicloud).

 

 

 

Nous pouvons par exemple, faire du multicloud hybride :

  • Une partie de vos données sont stockées dans vos serveurs du siège ou d’agence,
  • Une autre dans notre datacenter (cloud privé régional en Occitanie)
  • Et un bout dans Office 365 par exemple.

Nous sommes très flexibles sur la réversibilité, nous prévoyons une clause dans les contrats pour redonner les VM à des coûts maîtrisés. Et vous pouvez venir physiquement dans le datacenter récupérer vos données.

 

De plus, nous avons fait le choix de travailler avec des partenaires leaders sur ces fonctions tels que Veeam pour les solutions de backup et de réplication etc.

 

 

Le sujet vous intéresse et vous souhaitez échanger ? Vous avez une problématique ou un besoin lié à votre infrastructure ?

N’hésitez pas à nous contacter pour un accompagnement personnalisé, ou simplement échanger sur le sujet.

 

Nous contacter

 

A lire aussi :
%d blogueurs aiment cette page :